Salut à tous ! Je répondais à un commentaire dans le billet La cuisine du Geek, et je me suis rendu compte que la réponse commençait à grossir. J’ai donc décidé de répondre à ce commentaire via ce post.

Voici le commentaire en question :


Thierry:

Salut,

Je débarque en lisant ton mot sur Macbidouille.

Je suis curieux de savoir à quoi te sert un si gros serveur avec autant de disques, dans ton petit studio.

Pour le boulot ?

Parce que tu parles d’héberger ses données chez soi, et pour mes 25Go chez Dropbox, j’ai pas vraiment besoin d’une bête de guerre comme ça. :-)

Salut Thierry ! Et merci pour ton commentaire.

Alors tu dois savoir que le serveur en question n’est actuellement plus chez moi, il est dans la cave de mes parents, pour le moment entreposé négligemment à côté de notre baie de serveurs, mais il aura prochainement une nouvelle tâche. Dans ce post que j’ai publié il y a quelques temps, on voit à peu de choses près ma cuisine actuellement, comme le montre la photo suivante.

La cuisine en Janvier 2014

La cuisine en Janvier 2014

Pour répondre à ta question, non, tout le monde n’a pas besoin d’un serveur à la maison. Sauf que, je suis globalement assez contre l’idée de ne pas faire moi-même ce que je sais faire, et surtout mettre mes données chez un prestataire qui m’assure tout un tas de choses. Que les données soient accessibles à tout moment, que les sauvegardes soient faites, etc., c’est très bien, en fait c’est un minimum. Mais je n’ai aucune idée précise de ce qu’il en fait, et je suis obligé de ranger des fichiers chiffrés pour être sûr qu’il ne joue pas avec le contenu, c’est pas pratique. La vie privée est quelque chose d’important. Les esprit limités diront que si on a rien à cacher, on a rien à craindre, mais ce raisonnement simpliste et bas de gamme n’a aucun sens aujourd’hui, notamment sur Internet.

J’aime et j’ai toujours adoré les gros serveurs. C’est pour cela qu’on a autant de matos et nous apprécions les serveurs HP car nous avons eu la chance d’en posséder et avons trouvé qu’ils étaient mieux étudiés, de meilleure qualité tant physiquement que du point de vue de leur fonctionnement. C’est pour cela que nous sommes toujours partants lorsque quelqu’un nous donne ce type d’appareil.

On en verra bien plus dans quelques temps lorsqu’on présentera notre ToIP (avec éventuellement la todo list pour refaire le même chez soi) et nos serveurs HP en rack. Ce n’est pas pour autant que tout un chacun qui voudrait s’auto-héberger en a besoin. Dans mon cas personnel, le serveur que l’on voit dans le billet Réaménagement de la cuisine, dont j’avais décrit les caractéristiques, est un serveur de machines virtuelles. Il exécute mes machines virtuelles de test, une VM opérationnelle serveur, et une autre pour la messagerie. Le petit ProLiant Microserver que l’on voit posé dessus et dont j’avais parlé ici, est équipé de quatre disques 3 To Western Digital RED en RAID 5 sur un contrôleur HP Smart Array P410 (avec batterie et cache 256 Mo) et sert principalement de baie de disques en iSCSI, en attendant d’avoir une meilleure idée. Je stocke les films et séries, les fichiers, des archives d’installations, etc., que le gros ML370 s’occupe de rendre disponibles sur mon réseau local, et dans un avenir proche, sur internet.

Pour le commun des mortels, un NAS ou un petit PC monté main avec des composants basse consommation, suffit amplement pour partager chez soi et sur le net des ressources diverses qu’il peut être intéressant de centraliser un peu. Lorsque l’on a ceci en place, et de préférence un bon débit d’upload, pourquoi ne pas s’auto-héberger? Pour les mails je reconnais cela peut être un peu compliqué à mettre en place pour un néophyte mais pour du web, un petit blog, des photos de vacances, et quelques fichiers dont tu peux avoir besoin à distance, cela peut-être une alternative tout à fait valable.Neutralité du réseau

Pour moi Facebook, Twitter, Dropbox, Gmail, en somme tout ce qui centralise en un point unique le contenu d’utilisateurs nombreux et éparpillés, ne sont pas intéressants car nous avons la chance d’avoir Internet. Ce réseau extraordinairement simple et robuste, permet de lancer un nouveau service sans demander l’avis de qui que ce soit. De plus, il est acentré. Il n’y avait pas de centre lors de sa conception, il n’y en a toujours pas. Pourquoi alors, sur un réseau qui présente tous ces avantages, vouloir centraliser ses données chez quelqu’un d’autre? Benjamin Bayart avait titré une de ses conférences Internet ou Minitel 2.0. C’est une analogie que je trouve tout à fait pertinente.

Le Minitel est un réseau totalement centré. C’est une notion importante à comprendre lorsque l’on veut en parler. Ce réseau centré, donc, contient tout. Les données sont dans des serveurs qui font partie du réseau Minitel. Sur Internet, tout ordinateur relié peut être à la fois client et serveur, et le réseau n’en sait rien, et surtout le réseau s’en fout car il est bête. Il est composé de liens et de routeurs. Tout ce qu’il voit c’est des paquets, et tout ce qu’il fait c’est leur dire « toi tu vas par ici, toi aussi, toi tu passes par là« . Il ne sert pas à contenir de l’information, ni à la traiter, mais à la transporter. Il est vital qu’il ne fasse rien de plus. Nous devons nous battre pour maintenir la bêtise totale de ce réseau, sans quoi il n’est plus neutre.

Lorsqu’on peut le faire, mettre un fichier en ligne chez soi permet de contribuer à ça. Certes on n’a pas une armée d’ingénieurs pour faire la maintenance mais au moins on peut apprendre comment ça marche, on gère ça comme on l’a décidé, et le jour où on éteint le serveur, c’est parce qu’on a décidé de l’éteindre. Quand on aura un Facebook_installer.exe ou bien un aptitude install dropbox, des tas de gens auront peut-être envie de s’auto-héberger. Car une page Facebook, vu ce que ça contient, je ne vois pas vraiment de raison pour que ce ne soit pas stocké chez moi (hormis le fait que l’ADSL donne un débit montant faible).